N’ignorez surtout pas ce guide de survie en forêt si vous voulez vous en sortir indemne

Personne n’est à l’abri d’un problème ou d’un accident, et n’importe qui peut se retrouver très rapidement en difficulté, loin des secours, et surtout loin de la civilisation. Heureusement, voici un petit manuel de survie en forêt, de quoi faire de vous un parfait homme des bois en devenir.

Retrouvez votre direction

Un homme des bois est une personne qui a un bon sens de l’orientation. Heureusement, cette faculté peut s’apprendre quand bien même chez d’autres personnes, elle paraît innée. En général, il y a 4 façons classiques de retrouver son sentier : par le soleil, par la lune, par l’étoile solaire, et par la boussole. A part la boussole, les 3 premières solutions sont assez difficiles à maîtriser car elles sont très techniques. L’idéal c’est de vous procurez un bouquin qui se focalise nettement sur le sujet de la survie. A peine la peine d’aller dans une collection de livres, il suffit que naviguiez sur le site Amazon, il y en a plein, et de très intéressants en plus.

Construisez-vous un abri de sécurité

Le choix du terrain pour s’installer est décisif : plat, avec peu ou pas de racines en hauteur et bien asséché pour éviter l’entassement d’eau en cas d’intempéries. De même, bien que rassurant, s’installer tout près d’un cours d’eau peut s’avérer risqué en cas de crues soudaines. La construction de l’abri de survie dépend en grande partie de l’énergie et du temps dont vous disposez, mais il est facilement envisageable que vous bâtissiez un nid bien douillet pour une nuit. Utilisez tous les éléments naturels que vous pourrez trouver, ils serviront de matériaux de construction à votre abri : arbres coupés, branches, feuillages. Les branches de conifères seront parfaites pour constituer un matelas isolant assez solide. L’orientation de de votre abri est aussi décisive pour éviter les courants d’air. Pour ce faire, dirigez son entrée à contrario des vents dominants.

Allumez le feu (comme le disait ce bon vieux Johnny)

Pendant des milliers d’années, l’homme a fait un feu sans utiliser de briquets, de bouteilles de gaz ou autres outils très en vogue actuellement, tout simplement en frottant deux bâtons simultanément. Cependant, c’est tout sauf une fine affaire. Pour allumer un feu à l’ancienne, il existe plusieurs techniques comme par exemple faire un feu par friction avec un arc à feu qui revient à utiliser un lacet de chaussure, une corde ou autre à une branche délicatement courbée, et ensuite à l’enrouler autour d’elle d’un foret et le faire tourner rapidement sur une planche en bois avec une entaille. L’archet a le principal avantage de maintenir une pression et une vitesse constante pour produire l’étincelle. Il faut ajouter que cette technique est très dure à reproduire, surtout dans l’urgence. L’idéal c’est de toujours avoir sur vous soit des allumettes, soit un briquet. Moderne, certes, mais quoi de plus pratique ? Par ailleurs, ça vous permet d’économiser un très grand temps.

Procurez-vous un kit de survie

Le coffret de survie est un élément dont vous ne devrez jamais oublier dans les situations d’extrême urgence. Dans notre cas, qui est la survie en forêt, il s’agit d’un sac à dos comprenant l’essentiel pour pouvoir survivre en cas de besoin. Votre pack de survie doit comporter le nécessaire afin que vous soyez prêt à tout. Pour garder la silhouette de votre corps à une chaleur raisonnable, une trousse de secours répondra à vos premiers soins, vous apportera de l’eau et de l’alimentation de première nécessité, vous permettra d’envoyer des signaux aux secours.

Pensez toujours à purifier l’eau

C’est un élément décisif afin que vous puissiez survivre. Trouver de l’eau se doit d’être votre préoccupation majeure pour que vous soyez en mesure de survivre dans n’importe quel milieu hostile, et pas uniquement en forêt. L’une des meilleures façons de purifier de l’eau est de la faire cuire. La technique la plus conseillée pour purifier l’eau est le filtre à charbon. Elle n’est pas infaillible à 100 % il faut le dire, mais très simple à effectuer. Il suffit que vous placiez couche après couche un morceau fait de tissu comme filtre, du charbon pilé, du sable, du gravier et de la grosse roche.

Ne sous-estimez pas les maladies comme l’hypothermie

En forêt, le risque d’hypothermie est sûrement plus faible que dans un milieu glacial. Toutefois, c’est un risque qui n’est surtout pas à écarter. Penser de cette façon, c’est être un vrai survivor. La première idée qui nous vient en tête lorsque l’on est trempé, c’est d’allumer un feu. Une méthode qui permet de se sécher efficacement, certes, mais qui ne l’est pas pour autant pour combattre l’hypothermie. Dans ce genre de cas, il faut à tout prix faire en sorte d’améliorer la chaleur de votre corps. Pour ce faire, buvez une boisson chaude et sucrée pour stimuler votre métabolisme et rajouter quelques calories. Choisissez les vêtements les plus secs possible dans le cas où vous êtes trempées. Enterrez-vous dans votre petit sac de couchage pour maintenir le plus de chaleur possible afin de faire croître votre chaleur corporelle.

Ne considérez pas la nature comme votre ennemi

Malgré que la nature puisse être très sauvage, ce n’est pas toujours le cas. En effet, la nature peut être une très grande ressource si vous décidez de la voir sous un autre angle. A titre d’exemple, les fleurs comestibles peuvent vous être véritablement très indispensables pour compenser votre carence en nourriture. Il suffit que vous fassiez quelques cueillettes et le tour est joué. Les fleurs comestibles sont absolument sans dangers. Néanmoins, encore faut-il savoir discerner les fleurs comestibles parmi toutes les fleurs présentes dans une grande forêt. Tout de même, il faut avoir à l’esprit que chaque individu est différent. Certains sont allergiques à certaines fleurs (comestibles ou pas), d’autres non.