Comment survivre dans le désert ?

Le désert n’est pas pour les amateurs et même les plus expérimentés sont susceptibles de se retrouver en difficulté sur ce type de terrain, particulièrement quand les cartes fiables font défaut. Ce n’est pas tout, Dans le désert, le problème réside dans la chaleur et le manque d’eau. Le jour est extrêmement chaud, et la nuit peut être rudement glaciale. Or, le changement brusque de cette température peut entraîner des conséquences plus graves. Qu’il s’agisse d’une simple randonnée ou d’une vraie expérience de survie, ce terrain aride n’est surtout pas à sous-estimer, ni encore à négliger.

Couvrir le corps

Il faut bien savoir que dans le désert, les vêtements amples font en sorte que les transpirations ne s’évaporent pas trop vite. En effet, l’eau qui ruisselle à l’ombre des tissus refroidit la peau et évite donc au corps d’avoir à trop transpirer pour se refroidir. A titre d’information, en transpiration, on peut perdre entre un demi-litre et huit litres en cas d’effort excessif. Dans le désert du Sahara, il existe des nomades appelés Touaregs. Même si ces derniers vivent particulièrement sur les bords du désert, ils sont toujours vêtus d’un long vêtement souvent nommé takakat pour couvrir leur corps de la chaleur. Un vêtement qui plus est n’est ni trop fin ni trop épais.

Préférer le voyage de nuit

Dans une situation de survie dans le désert, l’idéal est de toujours choisir de voyager pendant la nuit plutôt que de se déplacer en journée. Effectivement, l’air nocturne plus frais permet de voyager plus loin et plus vite sans risque d’épuisement et de transpiration extrême provoqué par la chaleur. D’ailleurs, pour ce qui est de l’économie de l’eau, voyager pendant la nuit dans un désert permet d’économiser près de 3 litres d’eau par jour.

Trouver un abri en journée

Qui voudrait rester assis dans le désert en journée avec une température de plus de 30° ? L’ombre et une bonne ventilation assurent la fraîcheur, c’est un fait, d’où l’utilité de trouver un abri pour se terrer en journée. Dans le désert, soit on s’abrite dans une oasis, chose qui est assez rare, soit dans une grotte. Toutefois, ni l’un ni l’autre ne sont pas sans dangers à cause de certaines espèces animales considérées comme dangereuses qui sévissent dans le désert, tels que les scorpions, les serpents et d’autres encore. Dans ce genre de condition, l’idéal c’est de prévoir tout simplement quelques précautions.

Bien s’alimenter

Dans un milieu aride comme le désert, la boisson la plus énergétique est le thé, à la menthe qui plus est. Ce thé à la menthe est très sucré et entraîne une limitation des pertes urinaires ; le sucre lui, constitue de l’énergie pour le corps et la menthe quant à elle, ralentit la fréquence du cœur et l’activité du système nerveux central. Néanmoins, ce n’est pas pour autant qu’il ne faut pas emmener de l’eau plate sur soi. Il n’y a pas que l’eau ! En effet, il va aussi falloir manger, et manger bien. Pour cela, l’idéal c’est de privilégier les aliments qui qui contiennent un maximum de nutriments comme les fruits séchées les barres énergétiques, etc.

Emmener un kit de survie adapté

Chaque escapade en milieu naturel doit être accompagné d’un kit de survie bien adapté. Dans le désert, il s’agit d’un équipement vraiment indispensable car la survie de la personne en question en dépend. Dans cet équipement, il doit y avoir une boussole, un couteau suisse, des comprimés pour la purification de l’eau, une trousse de premier secours, des lunettes et un masque antipoussière ou un bandana pour les tempêtes de sable, un briquet pour faire du feu, un miroir de signalisation, un téléphone satellitaire pour les urgences, un keffieh et une casquette.

Se tenir à l’écart des animaux

Dans le désert, ce ne sont pas les animaux venimeux qui manquent, notamment les serpents, les scorpions, voire même les araignées. Toutefois, les mammifères font également partie du lot. Pour les éviter, il suffit tout simplement de rester loin d’eux en surveillant bien l’environnement. Le plus conseillé c’est de faire au préalable des recherches sur la vie sauvage de la région afin d’être bien préparé. Dans certains endroits en particulier comme près des rochers ou les petits espaces, il faut faire très attention car c’est dans ces lieux que se cachent généralement les petites bêtes les plus dangereuses du désert.

Savoir reconnaître les symptômes de déshydrations

La plupart des gens compliquent leur voyage en sous-estimant leurs besoins en eau. Or, rationner les provisions est une erreur qui peut grandement couter la vie dans ce genre de condition. Ces signes ne sont pas difficiles à reconnaître toutefois : urine à forte odeur et très foncée, grand assèchement de la peau (surtout au niveau du visage et des mains), des vertiges, voire des évanouissements.

Savoir alerter les environs

Si le désert en question est en quelque sorte une réserve naturelle, il y a de fortes chances qu’il y ait des hélicoptères qui survolent le terrain. Si toutefois non, il va falloir employer les grands moyens. Pour ce faire, il faut savoir que le feu est le meilleur moyen de faire des signaux car il crée de la fumée durant la journée et de la lumière la nuit. C’est exactement lors de ce genre de moment qu’il faut utiliser le miroir de signalisation. Il a pour rôle de réfléchir une lumière en direction des avions ou des voitures qui passent. Ce n’est pas tout, il y a également un autre moyen, c’est de rassembler des rochers pour les transformer en message en forme de SOS.

Dans le cas où toutes ces astuces sont bien respectées, il y a de quoi survivre dans ce type de terrain pendant des jours et des jours jusqu’à l’arrivée des secouristes. En gros, le plus crucial c’est de rester en vie jusqu’à ce que ces derniers arrivent.